Histoire la Tour de Vesvre

C’est au bord du Grand Chemin qui reliait Bourges à Sancerre par Les Aix, probablement dès le Moyen-âge que naquit le site de Vesvre. On doit vraisemblablement à la famille de Vesvre (vassaux des Seuly) la première implantation, dont les récentes recherches font remonter l’établissement à la fin du IXème siècle, consistait en une motte défensive et une habitation seigneuriale primitive séparées par une basse-cour. L’ensemble était protégé par un système de fossés et par des haies, palissades en pieux acérés.

Sur La Motte était construite une tour de guet en bois, alors que la résidence seigneuriale pouvait être constituée de charpente et peut-être de torchis ; plusieurs bâtiments en matériaux périssables ont pu se succéder en l’espace de près de 3 siècles. La basse-cour était occupée par les maisons des sujets les plus proches du Seigneur, et qui devaient cultiver les terres environnantes.

C’est au cours du XIIème siècle que fut érigée, toujours par les Vesvre, une maison-forte rectangulaire en maçonnerie de pierres, d’une surface au sol de 315 m², et dont le chemin de ronde culmine à 16 m. La Tour, bâtie sur une plateforme carrée entourée de douves et défendue par une tourelle à chaque angle, connaîtra de nombreux et profonds remaniements (charpente, niveaux intérieurs), et ce n’est qu’au XVIIème siècle qu’elle acquit l‘aspect que nous lui connaissons aujourd’hui.

Au cours du XIIIème siècle, la Seigneurie de Vesvre fut scindée en deux : le Fief de la Motte et le Fief de la Tour qui comprenait, outre la maison-forte enclavée dans le précédent fief, le bourg de Neuvy. La Seigneurie de la Motte de Vesvre prit une toute autre dimension en 1440 lorsqu’elle fut réunie à celle de Montigny par Jean de La Grange, puis à celle des Aix par ses descendants au XVIème siècle. Celle de la Tour passa entre les mains des Fontenay, des Dumesnil-Simon, puis des Letellier et des Perrinet.

Un logis seigneurial style Renaissance, aujourd’hui ruiné, fut accolé à l’Ouest de la Tour par la famille de Fontenay à la fin du XVème siècle. D’autres bâtiments de la même époque, dont il ne reste que des vestiges difficiles à interpréter, ont recouvert, au Nord de la plateforme de la Tour, des éléments défensifs plus anciens.

Si des fouilles ont mis au jour dans la cour de la ferme des substructions remontant au XIII° siècle, preuves d’une ferme fortifiée, les bâtiments visibles aujourd’hui ne remontent pas au-delà de 1500, date avancée par les spécialistes. Ainsi le colombier est édifié, à cheval sur le mur d’enceinte, et le mur, côté rue, de la grange n’est autre que le mur d’enceinte. Le colombier présente la particularité de disposer de 3 bouches à feu aménagées au milieu des boulins (alvéoles pour les pigeons). Cette ferme comportait aussi à l’Ouest une porte d’entrée flanquée de deux tourelles, dont une subsiste. Un pont-levis permettait de circuler entre la ferme et la plateforme de la Tour (Document du XVIIème siècle).

De nombreux documents de diverses époques (XIIème-XVIIème siècles) font état d’une chapelle sur le site de Vesvre. Probablement située au départ dans la basse-cour, et consacrée à St-Julien, il est possible que son culte ait été transféré dans l’église paroissiale, ce qui expliquerait le nom du village de  Neuvy à deux Clochers. Dans la Tour se voit encore une pièce dont le décor évoque une salle dévolue à la prière.