Actualité de la Tour

Offre d’emploi

Vous êtes étudiant(e)s, vous voulez être guide à la Tour de Vesvre : nous pouvons vous proposer un emploi à temps partiel pour le mois de juillet ou pour le mois d’août. Vous êtes formés par les guides de l’association.
Vous serez présent(e) du mardi au samedi de 14h30 à 18h30.
Envoyer votre candidature par notre fiche de contact 

Galerie Offre d’emploi

FR3 Centre-Val de Loire en visite sur le site de Vesvre

L'émission "9h50 le matin" sur France 3 Centre-Val de Loire, sur le site de Vesvre.

Un grand moment pour notre association !!
Paul Hurley nous a conté rapidement l'histoire du site.
Une présentation d'activités sur la commune avec Alain Pelletier, créateur de luminaire, la "chèvrerie de la Tour", puis Nicole Serveau présidente des ATV a présenté l'association et enfin Isabelle Légeret, maire de Neuvy est intervenue. Malheureusement elle était fort dépitée, car les journalistes ne lui ont pas laissé le temps suffisant pour parler ...... Les joies du direct !

Galerie FR3 Centre-Val de Loire en visite sur le site de Vesvre

La Brochure de la DRAC et de l’Inrap

CONSERVER, PROTEGER, RESTAURER, ETUDIER
A l’occasion des journées du patrimoine 2016, la Direction Régionale des Affaires Culturelles, (DRAC), du Centre-Val de Loire a édité cette brochure.
Ont collaboré à sa réalisation : Mmes N.ARBARET, A-I. BERCHON, de la DRAC et V. MATAOUCHEK, G.HULIN, M. LIARD de l’Inrap.
Cette brochure sera remise aux adhérents gratuitement, lors de l’Assemblée Générale du : 11 mars 2017 à 16h

Les prospections géophysiques réalisées sur la Motte ont révélé la présence des vestiges enfouis d’une construction, sans doute en maçonnerie, implantée sur le côté nord de la plateforme. « En l’état des recherches, nous ne possédons aucun élément de datation ». (Victorine Mataouchek, Inrap)

Les photos de la Motte, du bol, ainsi que de la chaussure,retrouvés lors des fouilles de 2004, sont des photos de l'Inrap.

Galerie La Brochure de la DRAC et de l’Inrap

L'école au temps de Camille Habert

Ceux qui nous suivent depuis quelques années connaissent Camille Habert, le dernier habitant de la Tour de Vesvre.
Il fut scolarisé à l’école de Neuvy deux Clochers (1890-91-92) et nous avons eu la chance de voir 2 de ses « prix de fin d’année ».
Dans cette petite brochure nous reproduisons un texte extrait d’un de ces livres traitant de la citoyenneté.
Quand on sait aussi que Camille Habert, conscient de l’importance historique de son patrimoine avait en 1955 écrit à un architecte pour que la Tour soit reconnue comme Monument Historique.
La « boucle est bouclée », si l’on peut dire et le lien est fait entre  Patrimoine et Citoyenneté !(Prochain thème des Journées du Patrimoine)
La brochure est en vente : 3€(+frais d’envoi 1.60€. Soit 4.60€)

Nouvelle brochure : "Les Familles" et propriétaires à Vesvre

Une nouvelle brochure attendue et réclamée (!!!)  est maintenant disponible traitant des familles et propriétaires des fiefs de Vesvre.
Sont traitées aussi certaines familles proches ou « cousines », depuis le XI° siècle à nos jours.
La brochure comporte 28 pages, claires et les textes ont été élaborés dans un souci d’exactitude quant aux références historiques.
Son prix est fixé à 10€. Il sera demandé des frais d’expédition (3.20€) dans le cas d’envoi postal. Soit un total de 13.20€)

Un crime à Vesvre ???? !!!!!!!

« Aujourd’hui 30 décembre 1537, le Procureur de Monseigneur de Montigny, nous dit avoir été averti qu’aujourd’hui vers 5 heures de l’ après-midi, Monsieur Jean Thomasson, prêtre et receveur des taxes de la Seigneurie de la Tour de Vesvre, s’est rendu à la maison de Denis Vigoureux, sur les terres de Vesvre, Denis Vigoureux avait préparé son arbalète avec une flèche passant dans un trou qu’il avait fait dans le mur. …… C’était un guet-apens. »

Les Amis de la Tour de Vesvre proposent une brochure « Un crime à Vesvre » relatant les faits en français ancien, en français de notre époque, avec des annotations sur du vocabulaire moins usité maintenant.
Demandez la brochure : 5€ + frais d’envois : 1,75€, soit 6,75€, Chèque à l’ordre des Amis de la Tour de Vesvre. Utilisez la fiche de contact sur ce site. N’oubliez pas votre adresse ! Merci.

Article de l'atelier d'histoire

Nous avions vu dans la dernière Lettre-Infos que la Seigneurie de Vesvre avait été partagée, au début du 13ème siècle, entre les deux fils d’Hugues II de Vesvre et Béatrix de Menetou-Salon. Les lignes qui suivent concerneront le fief de la Motte de Vesvre, qui passera à la fin du 13ème siècle aux mains de la famille Bréchart, déjà possessionnée en Bourgogne et en Bourbonnais.

C’est Louis Bréchart (Loys Broischart dans le texte), qualifié de seigneur de Lailly en Bourgogne (à 12 kms d’Autun) où il demeure probablement, qui vendra le 5 mai 1446 la seigneurie de Montigny-Vesvre à Jean de la Grange d’Arquian . Il est alors représenté par son cousin Jean Bréchart, Seigneur de Confaix (près de Moulin, dans l’Allier). L’acte de vente est consultable aux Archives Départementales du Cher (E 449).

Les biens concernés sont ainsi décrits dans l’acte de vente : « les terre, seigneurie, justice haute moyenne et basse de la mote de Vesvre et de Montigny appartenant audit seigneur de Lailly, toutes leurs appartenances et appendances, maisons, fiefs,… bois, dîmes, tenures, charnages, cens, censives, rentes, confinement, rotures, bordelages, hommes et femmes serfs de condition, tailles, bourgeoisies, étang, moulin, fruits et généralement toutes autres choses quelles qu’elles soient, situées et assises finages et pourtour dudit Montigny et de Neufuy en Berry …».

Le reste de l’acte énumère les conditions de la vente, et le prix de la transaction a été fixé à «mille cinq cent livres tournois reçues dudit acheteur en neuf marcs quatre onces un denier en escus d’or vieil et en trois cent quatre vingt douze réaux d’or fin ». Notons que c’est la première fois que les seigneuries de la Motte de Vesvre et de Montigny sont mentionnées ensemble, sans qu’on sache quand Montigny a été rattaché à la Motte de Vesvre.

L’acheteur est Jean de la Grange d’Arquian, et cette famille restera à la tête de la seigneurie de Montigny-Vesvre durant 7 générations, jusqu’en 1644.

Le colombier : charpente et toiture

La restauration du Colombier : une opération délicate que le montage et la pose de la charpente.
Voilà le colombier prêt maintenant à accueillir ses tuiles taillées sur mesure.
Les photos de la galerie ci-dessous :
1- Le chapeau provisoire
2- Début du montage au sol
3- Voilà l'ouvrage presque terminé au sol
4- La délicate ascension
5- La charpente est calée sur les murs.

Un cône en bois est prévu pour la pose de l'épi de faîtage.
Une lucarne est visible sur la photo n°5. Ses côtés seront habillés "d'essies" ou bardeaux de châtaigner.

6- Le toit est terminé, finition des crépis.

Galerie Le colombier : charpente et toiture

La Motte de Vesvre

La motte de Vesvre sort des broussailles !
La motte castrale du X° siècle encore existante était difficilement visible à cause de la végétation. La mairie a décidé de débroussailler cette motte et l'on peut se rendre compte de sa taille, de ses proportions.
La motte peut être considérée comme la première structure défensive de la période féodale, dont l’organisation a commencé à se mettre en place à partir de la fin du IXème siècle. Elle consistait en un tertre en forme de dôme, érigé avec la terre extraite d’un fossé l’entourant. Protégée par une palissade de pieux acérés, elle portait une tour de guet en bois.
Une résidence seigneuriale, en général en matériaux périssables (bois et torchis) venait souvent compléter le système, ainsi qu’une basse-cour assurant l’approvisionnement en vivres de la petite communauté seigneuriale. (reconstitution Denis Fargeot et Jean-Marie Tournefier).
Une motte était ce que pouvait s’offrir un petit seigneur en milieu rural, avec ses moyens. Elle n’exigeait aucun savoir-faire particulier et utilisait les matériaux disponibles sur place (terre et bois). Il avait sous la main la main d’œuvre nécessaire à l’édification d’une forteresse en terre en échange de sa protection. 100 hommes pouvaient édifier une motte de 30 mètres de diamètre et 12 mètres de haut (2200 m3) et 20 journées de 8 heures de travail, en sol meuble.
A Vesvre, la Motte était complétée par une basse-cour et une résidence seigneuriale, probablement en matériaux périssables, dont l’existence fut démontrée lors de travaux de reprises des fondations de l’actuelle Tour. Cette basse-cour, également entourée d’un fossé en eau et probablement aussi d’une palissade, abritait les maisons des sujets du Seigneur (Photo 1 reconstitution Denis Fargeot et Jean-Marie Tournefier).

La motte : débroussaillage

La Motte de Vesvre est une des mieux conservées de la région. Son diamètre est d’environ 30 mètres, pour une hauteur d’une dizaine de mètres. La Municipalité de Neuvy l’a acquise auprès d’un particulier en 2013, avec l’idée de regrouper à terme l’ensemble des éléments constituant le site historique, dont l’occupation s’étale de le fin du 9ème siècle jusqu’en 1961.
Afin de mieux la mettre en valeur, un débroussaillage vient d’être effectué avec l’accord des archéologues de l’INRAP. Nous voyons ici le profond fossé qui sépare la motte (à droite) des terres environnantes. Ce fossé était alimenté en eau par une source située à l’emplacement de l’actuel lavoir, et se prolongeait tout autour de la basse-cour.
En 2012 et 2013, Victorine Mataouchek, qui dirige les fouilles sur le site de Vesvre depuis 1998, a rassemblé une équipe de spécialistes dans le but d’étudier l’occupation du site antérieurement à la construction de la Tour (12ème siècle). Des mesures géomagnétiques, puis des anomalies de la résistivité du sol, ont décelé des vestiges enfouis. La présence d’un massif de maçonnerie a ainsi été mise en évidence sur la plate-forme de la Motte.
Le croquis (photo 1) de 1696, récemment découvert par un membre des ATV aux Archives Départementales du Cher, montre la Motte sous la forme d’un bâtiment d’habitation coiffé d’une cheminée. La Motte de Vesvre ayant été le siège d’une seigneurie indépendante de celle de la Tour depuis l’érection de cette dernière, il est possible qu’un bâtiment en « dur » y ait alors été édifié. L’équipe de Victorine ne manquera pas de nous tenir informés des découvertes, faites et à venir, et qui nous seront présentées au cours de ses conférences régulières…

Galerie La motte : débroussaillage

Aux archives départementales

Beaucoup ont été brûlés à la Révolution, mais le fonds de la famille Bouthilier qui posséda la Seigneurie de Montigny et Vesvre depuis la fin du 17ème siècle jusqu’à son émigration à la Révoution, conservé aux Archives départementales du Cher (cotes E 326 à 539), recèle de véritables trésors, comme ce terrier dressé en 1518. C’est un « pavé » de 30 x 40 cms environ, en parfait état de conservation, relié avec couverture de cuir, et dont la lecture (ou plutôt le feuilletage…) réserve bien des surprises !
Puis 1ère photo de la galerie (ci-dessous), une propriété qui appartenait probablement à un couple et son fils : Jehanny, Jehan et Pierre Gremillats. A première vue, je ne saurais dire si Jehanny est un prénom masculin ou féminin…
Et cette vue ( 2ème photo) rapprochée qui laisse entrevoir deux profils adossés, un homme et une femme, dont le nez crochu ne présage rien de bon... (Textes Paul HURLEY)

Galerie Aux archives départementales

Des documents aux archives

Un petit groupe de personnes s’est constitué pour se pencher sur des documents anciens. Ils sont rares, ces documents, ceux concernant la tour, mais grâce au neveu d'une adhérente, des documents ont été retrouvés aux Archives Notariales à Paris. Un trésor pour le groupe de « chercheurs » D'autres se penchent sur les archives départementales !!
Nous avons produit un premier document traitant du bail de 1739, d’un fermier de la Tour, Pierre Lecointe, avec son propriétaire Monseigneur Joseph-Marie duc de Bousflers.
Il est en vente à l’accueil du site de Vesvre pour 4€. Ou par envoi en ajoutant 2€ pour l’envoi et en adressant votre demande à : Les Amis de la Tour de Vesvre, Mairie, 18250 Neuvy deux Clochers

Galerie Des documents aux archives